Les durs lendemains d’hier.

Titre : Les durs lendemains d’hier.
Chanson originale : Les Murs de Poussières de Francis Cabrel.
Goguettisée par Marion.

On était pas plus tard que hier
On était je crois plus que deux
On a commencé par des bières
Après c’est plus brumeux
Dans ce bar aux allures ordinaires
Y’avait queq’chose de chaleureux
C’avait un rapport avec ma mère
Mais je ne peux pas dire mieux (x2)

Refrain :
Voyez la belle affaire
L’alcool me ressort par les yeux
J’ai la tête en forme de montgolfière
Et la trachée en feu
Ma bouche est un cimetière
Mon ventre à l’air marécageux
Je ne supporte plus la lumière
Je vais rester au pieu

Hier virevoltante et légère
Aujourd’hui état comateux
Hier j’avais toutes les forces de la Terre
Aujourd’hui c’est foireux
Indénombrable le nombre de verres
Inarrêtable quand je le veux
J’ai dû encore y passer mon salaire
Faut que j’appelle mes vieux (x2)

Refrain

J’désespère que mon corps coopère
J’le supplie pour un couvre­-feu
Il persiste et se croit aux enchères
Il double les enjeux
Il m’emmène dans d’autres hémisphères
Ou haut et bas sont au milieu
Et le fixe n’est plus stationnaire
C’est sacrément vicieux (x2)

Refrain

Je refais tout le film à l’envers
De cette soirée il me reste bien peu
Des heures définitivement étrangères
Des moments peu glorieux
Plus j’y pense et plus c’est la misère
Je m’enfonce dans cet état bouseux
Plus j’y pense et plus ça dégénère
Je vais crever sous peu (x2)

Refrain
Voyez la belle affaire
L’alcool me ressort par les yeux
J’ai la tête en forme de montgolfière
Et la trachée en feu
Ma bouche est un cimetière
Mon ventre à l’air marécageux
Je ne supporte plus la lumière
Je vais rester au pieu

Je sais bien qu’c’est seul’ment temporaire
Juste un moment douloureux
Il faut que tout ce liquide se libère
Ressorte par où il peut
Mais c’est sûr que bientôt j’récupère
Mon teint rose et lumineux
Et en gardant un œil en arrière
Mon avenir est radieux (x2)

Refrain final
Voici une nouvelle ère
Où apéro rime avec chaleureux
Où tout le monde se désaltère
Et à l’alcool joyeux
Et si je réitère
C’est pour accompagner ces bien­heureux
Je boirai le strict nécessaire
Faut bien y croire un peu

Publicités