Youth Collection.

Titre : Youth Collection.
Chanson originale : Rock collection de Laurent Voulzy.
Goguettisée par Marion.

On a tous dans l’coeur un copain la morve au nez
Des patins fisher Price, une cagoule tachée
Des tonnes de Petits Malins pour nous entourer
Bibi phoque, Winnie l’ourson
Rochefort racontait
Et les 4L roulaient (bis)
Et Henri Dès chantait (bis)
Un truc qui m’colle encore au cœur et au corps

Jean Petit qui danse
Jean Petit qui danse
De son doigt il danse
De son doigt il danse
De son doigt doigt doigt
Ainsi danse Jean Petit

On a tous dans la poche des images Tortues Ninjas
Aux anniversaires y’avait des Raiders et du Banga
Roudoudou, scoubidou, anti­poux, tiercé gagnant
On avait aucune pitié pour les croissants
Et Ulysse revenait (bis)
Et les monstres plantaient (bis)
Un truc qui m’colle encore au cœur et au corps

Suis les mondes engloutis
Jusqu’au creux de la Terre
Enfant part et vole avec nous
Au fond des univers

L’entrée au collège est un peu moins relax
T’es un bouffon si tu n’as pas tes Air Max
C’est le temps des booms et des premiers baisers
Des plaisirs masturbatoires, des baragouinages anglais
Et les rappeurs rappaient (bis)
Et la dance carburait (bis)
Un truc qui m’colle encore au cœur et au corps

I like to moove it moove it
I like to moove it moove it
I like to moove it moove it
You like to moove it

On a tous dans les cheveux des nœuds qui se forment
Des grands trous dans le jean, des t­-shirts difformes
On teste n’importe quel alcool, on explore les tabous
Et notre tribu garde le contact avec nous
Et le rock nous prenait (bis)
Et les pogos fusaient (bis)
Un truc qui m’colle encore au cœur et au corps

In your head, in your head
Zombies, zombies, zombies i i i
What’s in your head, in your head
Zombies, zombies, zombies i i i i o

Sensation de liberté quand tu rentres au lycée
On t’autorise à fumer, et même à penser
On vit intensément les moment qui se présentent
Révisions, manifs, couch’ries, tout cela te hante
Et Tryo gratouillait (bis)
Et tu les imitais (bis)
Un truc qui m’colle encore au cœur et au corps

J’vis toujours des soirées parisiennes
Et j’voudrais vivre des soirées belles à Sienne
Et vivre au vent, à feu, à sang
M’ouvrir aux sentiments

On a tous en bouche une chanson à chanter
Des souv’nirs un peu collants
Ou bien déjantés
J’imagine que ça fait la même chose à chacun
La mémoire musicale
S’accroche à vous comme un chien
Et ça nous fait pleurer (bis)
Et ça nous fait marrer (bis)
Les trucs qui collent encore au cœur et au corps

(sur l’air du couplet)
La la la la la la la la la la la la la…..

Publicités